Aller au contenu

Gratuité de l’argent

9 août 2013

L’idéal de réforme monétaire se base sur la nécessité de sortir du système de l’argent-dette, donc de créer l’argent gratuitement.

La dette ne profite qu’au monde bancaire, qui investit les intérêts perçus sur les marchés financiers (pour revendre l’argent) ou pour dégager de nouveaux crédits, qui affaiblissent le système à cause de l’effet multiplicatif de l’argent interbancaire, vu que les prêts ne sont de loin pas couverts à 100%. L’argent-dette appauvrit la société en général, étant donné les banques créent de l’argent par le crédit, en ne créant pas l’argent nécessaire aux intérêts. Le système bancaire, qui est à la source de l’argent, le détourne en fait de sa fonction principale, transformant sa fonction d’échange de biens et de services en système de concentration de la masse monétaire. Cette usage est unanimement condamné par les philosophes depuis Aristote, qui a même inventé le terme de “chrématistique” pour qualifier ce dévoiement.

Puisque la gratuité est exigée pour la monnaie, introduisant ainsi pour la première fois dans l’histoire de l’humanité la notion très précise de “monnaie libre“, elle est donc proposée par anticipation d’une éthique de réciprocité. La philosophie moderne du “libre” ou encore “culture du libre” est donc le leitmotiv de ce blog, qui met les documents et les idées à disposition selon ce mode de pensée.  Selon la théorie relative de la monnaie, la monnaie libre doit donc être considérée comme un outil de type logiciel, qui doit répondre à un certain nombre de critères précis de nature et de fonctionnement. Elle s’inscrit par nature dans l’idée qu’à l’exemple des logiciels elle ne peut avoir de propriétaire, et que par conséquent elle ne peut pas être mise à disposition contre rétribution.

D’un point de vue pratique, cette monnaie doit être créée exclusivement par l’état. La monnaie est donc nationalisée, et les banques ne peuvent plus faire de création monétaire. Toute la monnaie secondaire, créée par les banques, doit est remplacée par de la monnaie centrale, par création monétaire. Cette monnaie centrale, fiduciaire ou scripturale, vient annuler le risque de mise en défaut de paiement des banques, et stabilise tout le système bancaire.

À partir de là, le financement  complet du revenu de base universel est assuré sans instaurer de vases communicants : prélever à gauche ce qu’on va redistribuer à droite. D’autre part, cela permet d’éliminer tout forme d’impôt direct sur le revenu, puisque le revenu de base, versé par l’état, est déjà en soi un impôt négatif.

La mise à disposition de monnaie doit être gratuite.

Pour terminer cet article, nous ne saurions passer sous silence que ces idées ont été mises en pratique depuis 20 ans et théorisées par de grands contributeurs de l’informatique, comme Linus Thorvald et Richard Stallman. Le ministre des finances qui parviendra à réaliser une réforme monétaire digne de ce nom, méritera assurément, conjointement avec ces deux hommes, le prix Nobel de la paix.

Pour plus d’informations : podcast monnaie libre

Monnaie-Libre

Advertisements

From → Philosophie

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: